Les foulards et carrés Hermès

brides de gala Hermès

À la recherche d'un sac de luxe d'occasion ?

Sur IconPrincess, trouvez des sacs de marques d'occasion garantis authentiques !

Bien qu’elle soit surtout reconnue dans la culture populaire pour sa sélection de sacs à main, la maison Hermès est aussi réputée pour ses carrés de soie.

Le carré de soie est devenu un classique et une icône de la marque, souvent qualifié d’intemporel, de transgénérationnel, voire de mythique. À l’époque ou la maison de couture décide de faire des carrés, elle est déjà en activité depuis un siècle. Le tout premier à concevoir des œuvres d’art pour ces foulards est Robert Dumas, dont le beau-père est Emile Hermès.

Outre leur superbe qualité les carrés Hermès sont très polyvalents, ce qui fait de ces accessoires un excellent complément à toute garde-robe. Mais comment la maison Hermès en est-il venu à la création de ce délicat accessoire de luxe ?

L’histoire du carré de soie Hermès

C’est en 1937 que Robert Dumas, alors directeur d’Hermès, réalise le premier carré : « Jeu des omnibus et Dames blanches », inspiré d’un jeu de l’Oie populaire, doublé d’un clin d’œil à l’inauguration de la ligne Madeleine-Bastille. (cliquez sur l’image pour voir le carré)

Hermès Carré Jeu Des Omnibus Et Dames Blanches

Hermès donne le nom de « papillon » à chaque petit carré de soie car chacun d’eux est produit par le nombre d’œufs (300) que pond un ver à soie dans une vie, soit quatre cent cinquante kilomètres de soie!

Cette fameuse soie des cocons de mûrier, importée de Chine a sans aucun doute contribué au succès immédiat du carré.

Un minutieux processus artisanal

L’une des raisons pour laquelle les carrés Hermès sont si appréciés réside dans le minutieux processus qui s’étend sur un an par création. En général, la maison publie douze modèles de foulards par an.

De la conception à la production, il faut dix-huit mois pour réaliser un foulard.

Lorsqu’un dessin a été sélectionné, il est sérigraphié dans l’atelier français d’Hermès. Les imprimantes utilisées pour la production doivent être gravées en fonction de chaque nouvelle impression, ce qui peut prendre plus de sept cents heures à mettre en œuvre.

Les ourlets du foulard sont bien sûr rouleautés main. Ce bord ne doit jamais être repassé et doit rester bombé.

Pour chaque collection, Hermès sélectionne différents artistes pour réaliser à la main un foulard de manière unique. Les représentations détaillées vont des imprimés équestres traditionnels aux formes les plus modernes ou même fantaisistes, selon l’artisan et les détails précis attestent de la qualité irréprochable de chaque foulard.

La variété de formes et de tailles des carrés Hermès

Le foulard classique en soie de forme carrée existe en 20 cm (nano), en 40 cm (gavroche), en 70 cm (cœur bandana), en 90 ou 100 cm (carré) et 140 cm (taille châle).

Le foulard Twilly, qui est une forme longue et étroite avec des extrémités ourlées en diagonale, existe dans les tailles suivantes : Twilly standard, Maxi Twilly Slim et Maxi Twilly Cut et servent souvent à habiller les poignées des sacs à main chez les élégantes.

Les carrés sont également produits en forme de triangle et de losange, disponible en taille Géante et en taille standard. La coupe Losange est un losange allongé, que l’on trouve dans les tailles Géante, Medium et Slim et qui se décline également en cravate.

Les foulards en soie Hermès existent également en plissé. L’ensemble du foulard est plissé de bout en bout, créant une texture structurée contre le tissu soyeux. On le retrouve dans toutes les formes et tailles.

L’utilisation des foulards Hermès sont apparemment infinies, allant de l’utilisation d’un carré pour orner la poignée d’un sac Birkin ou Kelly, à un losange comme ceinture ou bandeau.

Les blogueuses, les célébrités et les mondaines sont connues pour leur créativité lorsqu’il s’agit d’attacher leurs foulards. L’une des plus anciennes icônes des foulards Hermès est la reine d’Angleterre elle-même, qui généralement en couvre ses cheveux.

Les dessins et modèles importants

À l’origine, les illustrations étaient proches du monde équestre et de la chasse pour évoluer ensuite vers les animaux, les arts, l’épopée Napoléonienne, ou l’automobile, puis le sport en général avec, par exemple une éditions pour les Jeux olympiques d’été de 1984.

De nos jours, les dessins sont très variés, du plus classique au plus contemporain et sont tous réalisés dans les ateliers de la région lyonnaise et pourtant signés « Hermès Paris ».

Chaque saison, Hermès sélectionne des artistes différents pour configurer les motifs à la main de façon unique, et la palette de styles qui naissent de chaque processus est extrêmement variée.

Chacun des artistes marque la collection de son propre style, et les créateurs sont sélectionnés avec soin pour leur univers qui s’intègrent parfaitement dans l’esthétique d’Hermès.

Par exemple, Alice Shirley est célèbre pour son foulard jaguar « Jaguar Quetzal », sorti en 2000 (cliquez sur l’image pour voir le carré) :

Hermès Carré Jaguar Quetzal

Un autre célèbre motif Hermès est l’imprimé « Harnais Français Premier Empire », conçu par Hugo Grygkar en collaboration avec Robert Dumas en 1956. Le foulard fait allusion aux origines d’Hermès comme manufacture de harnais et de selles (cliquez sur l’image pour voir le carré) :

Hermès Carré Français Vert Bleu Rouge Et Jaune

Ce modèle rare est recherché par les collectionneurs car c’est une représentation de l’histoire de la marque tout en résumant ses idéaux fondamentaux : un art fonctionnel qui dure.

En 1991, le carré « TSUBAS » de Christiane Vauzelles voit le jour. Les motifs représentent une arme japonaise, et notamment les katanas, dont la garde s’appelle TSUBA. 5 TSUBAS sont disposés sur le foulard de manière symétrique : 1 à chaque angle et un au centre. Quatre rabats de selle Samouraï ou Aori sont magnifiquement ornés de dragons et d’autres symboles japonais. Le carré est titré ‘Tsubas’ au centre en bas dans la bride qui borde les dessins (cliquez sur l’image pour voir le carré) :

Hermès carré Tsubas vert et rose pâle

Nous terminons la présentation des carrés par un grand classique de la maison Hermès, modèle assez rare : « Proues » dessiné par Philippe Ledoux en 1971 (cliquez sur l’image pour voir le carré):

Carré 1

L’histoire et le savoir-faire des carrés Hermès sont riches et variés, tout comme l’offre de produits. Beaucoup de ces foulards sont devenus des objets collection dont la valeur et la popularité ne cessent de croître avec le temps. La multitude de formes, de tailles et de modèles garantit qu’un (si ce n’est plusieurs) de ces articles conviendra aux goûts et aux personnalités des inconditionnels de la marque car c’est un élément essentiel de la garde-robe de toute femme raffinée.

Carrés et foulards